lundi 25 septembre 2017

Vive la concurrence !

Lorsque j'ai commencé dans ce métier, l'une des mes inquiétudes concernait la concurrence que j'allais rencontrer. Je savais que de nombreux acteurs avaient fait le même choix. Je savais que ce métier existait depuis un certain temps et que me différencier ne serait sans doute pas facile…
Et puis, 8 ans plus tard, je me rends compte que cette concurrence, si elle existe bien n'a fait que me rendre des services. Lorsque je dis que je suis formateur en prise de parole en public, parce que mes concurrents ont déjà fait le travail, je sais que cela a du sens pour beaucoup de mes clients, que c'est quelque chose qui a de la valeur et qui n'est pas totalement absurde, fou ou idiot !
Je cherche aujourd'hui à devenir coach et lorsque j'en parle, beaucoup affirment que c'est un créneau bouché, qu'il y a trop de coach, trop de concurrence…
Et je réponds : tant mieux !
Vos concurrents sont votre meilleure garanti que ce que vous faites est légitime, pertinent et pourra durer…
A vous ensuite de vous montrer à la hauteur de ce qu'ils proposent… Et s'ils ont plus de succès que vous, rien de vous empêche de vous inspirer de leur réussite !


Vive la concurrence !

vendredi 22 septembre 2017

Pour qui avez-vous conçu ces supports ?

Lorsque vous présentez, si votre diaporama est là pour vous, pour vous aider à vous souvenir de ce que vous avez à dire, pour constituer un abstract de tout ce que vous pourriez dire sur un sujet donné, pour le plaisir de belles images, d'une vidéo... Si vos supports sont là pour vous : pourquoi votre auditoires devrait-il leur donner son attention ?
Votre besoin de rassurance n'a que peu de chance de rejoindre leur besoin d'une information pertinente et utile.
Mais vous pourriez changer tout cela en adoptant, avant de commencer à rédiger vos supports, une attitude de service.

Cela signifiera sans doute vous sentir un peu moins en maîtrise, mais il me paraît évident qu'ils préfèreront vous voir bafouiller une fois ou deux plutôt que de s'ennuyer tout le temps de votre présentation...

jeudi 21 septembre 2017

Les piliers de la vente...

En situation de devoir vendre quelque chose ? N'est-ce pas toujours le cas ?
Pour réussir une vente, il existe différentes techniques plus ou moins complexes, plus ou moins puissantes. Toutes ces techniques de vente sont basées sur l'un de ces trois piliers. Il n'y en a pas d'autres et il peut être utile de savoir sur lequel vous vous appuyez lorsque vous faites face à un prospect…
Le premier pilier est la description de votre offre.
C'est le plus ancien et le plus utilisé, encore aujourd'hui, parce que c'est le plus instinctif. "J'ai quelque chose à vous proposer, voilà ce que c'est, voilà comment ça marche et vous allez 
adorer ça !"
Le deuxième pilier est la narration de ce que votre offre est capable de produire. C'est le storytelling. Ce sont les histoires et les succès qui ont pu avoir lieu grâce à ce que vous proposez. C'est un pilier redoutable : il permet à votre prospect non seulement de comprendre de quoi votre offre est composée, mais aussi d'envisager à quoi ressemblera son avenir s'il choisissait ce que vous êtes venu offrir.

Le dernier de ces piliers : l'empathie. L'écoute. Comprendre les attentes, les frustrations, les désirs de votre prospect avant de lui proposer quoi que ce soit. Ajuster ce que vous avez à offrir aux besoins de cette personne ou de cette organisation. C'est de loin le plus efficace et de loin le moins utilisé…

mercredi 20 septembre 2017

Dis papa, c'est quoi ce management ?...

Pour ceux qui ne parlent pas anglais, manager c'est manager. Le management, c'est le management . Un mot qui, grosso modo, définit ce qu'on appelait un chef, mais en un peu plus moderne (nous sommes dans les années 80). Un chef qui se soucierait de ses équipes, de ses ressources, de son environnement... Et tenterait d'en optimiser les fonctionnements.
Il est difficile de définir précisément ce qu'est un manager.
Pour ceux qui ne savent pas trop ce qu'on attend d'eux une fois reçu cette mission, celle de manager, une bonne façon de s'assurer de ce qui est attendu d'eux et de revenir à l'étymologie du mot. Pour ceux qui parlent anglais, to manage n'est pas un mot super sexy.
C'est un mot qui veut dire : se débrouiller, survivre, s'en sortir… (I managed through the years…).
Autre sens possible : gérer (She was managing the network operations…). Et que veut dire Gérer. Cela veut dire : "administrer une fortune, un bien, conformément aux intérêts de celui qui les possède". Sympa…
Autre sens possible : réussir à faire quelque chose (He managed to get there on time…). Mais aussi dans le sens : je me suis démerdé pour me mettre le doigt dans l'œil (I managed to trip over my own feet and fall down the stairs…)
Bref, rien à faire, plus l'on regarde ce mot de près, plus il laisse perplexe…
Quand on me parle de management, je ne peux pas m'empêcher de voir là un pis-aller, une mode, une façon de faire un peu désuète, quelque chose dont le temps semble passé… un peu comme fumer dans son bureau.
Avant on fumait partout. Avant on manageait partout !
Plus intéressant : qu'est ce qui va remplacer cette mode ! De quoi parlera-t-on quand on ne parlera plus de manager et de manageur ?
A l'évidence, il sera question de leadership, d'inspiration, de désir, de motivation, d'enthousiasme, d'excitation, de création…


Je ne sais pas pour vous, mais je trouverais intéressant d'accélérer le mouvement !

mardi 19 septembre 2017

Un seul ingrédient pour la réussite…

L'ingrédient secret, celui qui vous permettra de réussir, ce n'est pas plus de ressources, plus de personnel, plus de cash… cet ingrédient c'est plus de courage. Celui de ne pas abandonner dans les moments difficiles, celui de vous en tenir à votre décision alors que le doute est extrême, celui d'ignorer les critiques et les médisants, celui de rester fidèle à votre projet, à votre idée et de ne pas céder à la complaisance. Le courage d'aller de l'avant et d'aller au terme de ce que vous vous étiez choisi. 

lundi 18 septembre 2017

Focus out...

Il est tentant, lorsque nous listons ce dont nous aurions besoin pour améliorer la visibilité de ce que nous avons à offrir à nos clients de se concentrer sur soi : un site réussi, un pitch efficace, des rendez-vous de "networking" réguliers, un communiqué de presse imparable…
Si tout cela est nécessaire, c'est oublier que la clé du succès n'est pas tant dans ces actions dans lesquelles nous nous engageons que dans notre capacité à nous tourner vers l'extérieur, vers ceux que nous voulons servir. La clé est là, dehors. Dès lors, observer, comprendre, gagner en empathie, se mettre dans les chaussures de ceux que nous désirons toucher avec notre travail deviennent des outils incomparablement plus efficaces parce qu'ils ouvrent sur des mondes d'opportunités, opportunités dont nous n'aurions pour la plupart jamais imaginé qu'elles puissent exister.


C'est d'être à l'écoute et en phase avec les raisons pour lesquelles vous avez choisi d'être là.

vendredi 15 septembre 2017

Plus d'attention pourquoi ?


En 2017, les dépenses publicitaires, dans le monde, devraient atteindre la somme record de 584 milliards de dollars. Nous dépensons des sommes folles pour gagner en attention, pour tenter d'exister dans un monde de plus en plus embouteillé, bouché et bruyant.
Le problème, c'est que ce n'est pas d'attention dont la plupart des entreprises ont besoin. Le seul fait de savoir que vous existez ne suffit pas à garantir le succès. Un pourcentage important de ces sommes sont dépensées en pure perte, parce qu'elles ne permettent pas de créer plus de proximité, plus de liens, plus d'intimité avec les individus que ces entreprises cherchent à servir.