mardi 7 avril 2020

Et l'économie ?...

Je n'y connais rien en économie, mais je connais certains principes qui régissent les organisations, les sociétés, les organismes ou les machines, le vivant.
Il en est un qui m'obsède depuis le début de cette crise : ce qui meurt ne ressuscite pas.
C'est une évidence, il est inutile d'arroser une plante morte, la vie n'y reviendra pas, même si tous les ingrédients nécessaires à la vie lui sont administrés.
Notre économie, notre fonctionnement économique, sont en danger de mort. Ce qui fait la vie d'une économie c'est le mouvement, les échanges, les interactions. L'épidémie met tout cela en attente et c'est comme priver d'eau une plante. Bien sûr, donner de cette eau reviendrait à mourir plus vite encore, mais il est évident qu'il faut une quantité minimale pour maintenir la vie...
L'eau d'une économie, c'est la confiance. Et cette confiance s'est vaporisée en quelques semaines...

Le problème, c'est que nous ne savons pas quelle est cette quantité minimum à l'échelle d'une nation, à l'échelle mondiale. Nous ne savons pas comment l'économie numéro une de cette planète, celle des Etats-Unis va se remettre de cette crise alors qu'elle ne dispose d'aucun filet de sécurité. Il n'est pas impossible de passer sous un seuil qui conduirait à un effet domino qu'il sera difficile de retenir...
Une économie qui meurt, ce sont des faillites, des chômeurs, plus de faillites, plus de chômeurs et ainsi de suite... et au moment où j'écris ces lignes, ce sont plus de 10 millions d'américains qui se sont inscrits sur les listes des demandeurs d'emploi... Cela ne s'était encore jamais produit, même en temps de guerre. Nous ne sommes pas en guerre. Pour nos économies, c'est pire.
Je pense que cela pourrait être dû en partie au fait que notre confiance, notre insouciance, notre optimisme ont été érodé par une décennie de discours et de constats négatifs sur notre impact sur la planète, par la difficulté à inverser la tendance climatique... et nous voilà fragilisé. Le pire que nous attendions, eh bien le voilà ! On nous en parle depuis si longtemps !

A moins que nous ne trouvions les moyens de maintenir nos économies sous respirateur, les conséquences pourraient être bien pire que les milliers de morts que nous regrettons en ce moment...

Une fois encore, c'est une question de choix. Avoir confiance, nous allons nous en sortir et agir en conséquence : ne licencier personne, continuer, garder le cap...
Ou mourir.

lundi 6 avril 2020

La force du vivant !

Il y a quelque chose de fascinant à contempler, avec toute l'empathie dont je suis capable, notre civilisation, puisque c'est bien d'elle dont il s'agit, se débattre avec la pandémie de Covid-19. Cette fascination tient d'abord à ce subit sentiment de perte de contrôle. Voilà notre monde parfaitement huilé, tout entier placé entre les mains d'un "marché" bienveillant, capable de créer ses propres équilibres, suivant les voies mystérieuses, mais prolifiques de la mondialisation se retrouver du jour au lendemain avec son cul par dessus sa tête, à ne plus savoir à quel saint se vouer et derrière quel masque se cacher, pour autant qu'il puisse en trouver un...
Perdre le contrôle...
Bien sûr, nous penser en contrôle de quoi que ce soit était une illusion. Nous ne contrôlons rien. Nous naviguons sur un morceau de rocher dans un univers auquel nous ne comprenons pas grand chose, dans cette infime fenêtre spatio-temporelle dans laquelle nous bénéficions d'une impensable bienveillance cosmique. Penser que cela nous est dû, penser une seconde que nous sommes à l'origine de ce qui n'est qu'un immense coup de chance relève de l'arrogance et de l'aveuglement ! Eh bien, c'est cet aveuglement dont ce virus vient de nous sortir ! Le vivant est plus fort que tout, comme le disait quelqu'un que j'apprécie particulièrement. Les forces du vivant, les forces de l'univers qui s'agitent et se téléscopent nous dépassent et nous emportent et nous n'y pouvons rien !
La bonne nouvelle derrière ce qui semble être un aveux de faiblesse, c'est que cette force de vie, cette force du vivant, elle est en nous. Nous sommes le fruit de ce qui nous dépasse et nous avons donc la capacité de nous y adapter, mais aussi celle d'en surfer la vague, celle de nous épanouir dans l'incertitude et l'inconfort.
Oui, un virus rôde... Mais la vie l'emportera et le fait que certains meurent de cette maladie au moment où j'écris ces mots, cela fait aussi partie de la vie. Qu'un peu de cette force et de cette lumière les accompagne dans ce dernier voyage...
Que nous appelons dernier voyage, mais qui ne l'est peut-être pas ! Je le répète, nous ne savons rien !

dimanche 5 avril 2020

Merci ZOOM !

Je viens encore de recevoir un message "informé" me prévenant des dangers qu'il y aurait à utiliser Zoom.
Zoom. Cette application de visio-conférence très utilisée dans le monde professionnel avant que n'apparaisse la Covid-19. Zoom qui a connu une hausse de sa fréquentation et de son utilisation de 20 fois supérieure à la normale... 20 fois !
Alors, oui, il est possible que Zoom ne soit pas l'application parfaite et il est possible qu'il y ait quelques risques sur mes données personnelles. Il est possible que cette société ait aussi besoin de faire un peu d'argent pour payer ses employés, mais cela n'enlève rien à la prouesse technique réalisée par ses équipes.
Combien d'entreprises seraient capables de gérer un accroissement, quasi du jour au lendemain, de 20 fois supérieur aux flux habituels ? Quand on pense, par exemple, qu'une société comme Décathlon à vu ses serveurs exploser parce qu'une seule paire de baskets recevait un accueil hors du commun, que les serveurs de la RATP ont explosé parce que trop de personnes (parisiennes à l'évidence) voulaient se faire rembourser leurs pass Navigo après les grèves et les exemples sont foisons !
Voilà une entreprise, Zoom, qui est plus qu'à la hauteur des enjeux du jour. Ça marche ! Et ça marche plutôt bien.
Il est bien sûr toujours possible, y compris dans ces temps exceptionnels, de ne voir que ce qui ne marche pas, de ne flairer que le danger et de rester sur ses gardes... Il est aussi possible de s'ouvrir au fait que le monde entier n'est pas derrière votre clavier à tenter de voler vos photos de famille... Bien sûr, nos vies privées doivent le rester et la vigilance s'impose, mais que cela ne nous empêche pas d'être reconnaissant lorsque cette reconnaissance s'impose !
Merci à Zoom de nous permettre de nous parler, de garder le lien, de rester en contact. Sans eux, ce confinement serait beaucoup plus difficile à vivre et à organiser.
C'est cela qui compte. Pas le reste. 

samedi 4 avril 2020

10 vérités sur lesquelles lâcher...

Quelques vérités incontournables et contre lesquelles il est inutile de résister...

1- Nous allons tous mourir. Un jour ou l'autre. C'est ainsi.
2- L'argent a son importance - prétendre le contraire serait absurde.
3- Votre apparence compte. Beaucoup !
4- Les autres jugent. Ils ne font même que ça. Ce n'est pas personnel. C'est ainsi.
5- Il y a des réalités. Les accepter ou pas ne change rien au fait qu'il y a des réalités.
6- Que quelque chose puisse être fait ne signifie pas qu'il doive l'être.
7- Ce qui est rare est cher. Ce qui est beau est cher. C'est ainsi.
8- Avec le temps va, tout s'en va. Le temps apporte toujours sa leçon. Toujours.
9- La compétition et la comparaison sont les moteurs de la plupart des gens. Hélas.
10- Il n'y a pas de talent, juste de la persévérance. Vraiment.

vendredi 3 avril 2020

Comment choisir d'entretenir sa santé sauve des vies...

L'épidémie de Covid-19 est partout. Sur nos écrans, nos journaux, et les messages sont clairs : ne plus sortir, se confiner, s'enfermer autant qu'il est possible pour ralentir l'épidémie et de donner le temps à nos soignants de prendre en charge le plus grand nombre des patients qui auront besoin d'une hospitalisation.
La proportion de gens qui contracteront le virus et qui auront à passer par l'hôpital est terriblement importante : 20%. La contagiosité de ce virus que peu de chercheurs et de médecins avaient anticipée nous met devant une situation exceptionnelle... Si la majorité des gens vont guérir, la proportion de ceux qui auront du mal à se remettre dépasse nos capacités de traitement et cela va conduire à de nombreux décès liés pour partie au coronavirus, mais aussi au fait que certaines pathologies ne pourront plus être prises en charge parce que les hôpitaux seront dépassés.
Voilà la logique : absorber les 20%. C'est le combat que mènent les gouvernements actuels.
Pour cela les cartes qui sont jouées sont les suivantes : diminuer le nombre de contaminations (confinement généralisé) et renforcer les capacités hospitalières (augmenter la production de respirateurs, de lits, de moyens...). Ce sont de bonnes cartes, mais il en est une dont on n'entend jamais parler, jamais, alors qu'elle est cruciale dans ce combat : celle de l'immunité individuelle.
Nous ne sommes pas démunis face à ce virus. Nous ne sommes pas démunis face aux virus en général. Nous avons un système immunitaire qui nous protège et ce système immunitaire peut être renforcé, boosté, dopé pour mieux affronter l'invasion virale et donc accroître le nombre de guérisons et donc diminuer le nombre de patients hospitalisés et donc sauver des vies.
Je ne veux entrer dans aucun polémique quant aux raisons qui expliquent ce silence. Je le constate. C'est tout. Même si cela pose, encore et toujours la question de l'importance de la responsabilité individuelle.
Pour vous qui me lisez, il est possible de renforcer vos défenses immunitaires et d'anticiper une éventuelle contamination. On l'a beaucoup entendu : les soignants partent au combat sans arme, parce qu'ils manquent de masques et d'équipements. Ce n'est pas tout à fait vrai, ils gardent, tout comme nous, l'arme de l'immunité.
Renforcer son système immunitaire n'exige pas de vous précipiter à la pharmacie (...). Voici quelques pistes simples pour vous armer et vous aider, le cas échéant, à tenir tête à Covid-19.
1- Le sommeil : le système immunitaire, et son action, sont profondément dépendants de la qualité du sommeil. Il y a de nombreuses raisons biologiques à cela. Je n'entre pas dans les détails. Dormir plus de 7 heures, toutes les nuits, renforce votre immunité. C'est un fait.
2- Boire régulièrement et rester parfaitement hydraté. La première barrière immunitaire est faite des muqueuses. C'est votre douane interne. Ce sont ces muqueuse qui vont faire le premier tri. Les muqueuses c'est de l'eau. Si ces muqueuses sont affaiblies, les virus pourront forcer le passage en nombre et permettre la maladie. Si les muqueuses font leur travail, il est possible que la charge virale ne soit pas suffisante et que la maladie ne se déclare pas.
3- Nourriture : stocker et manger des pâtes ne fera que vous affaiblir ! Ce ne sont pas de féculents et de sucres dont votre système immunitaire à besoin, mais de Zinc (la chloroquine facilite l'action du zinc au niveau cellulaire) ou de vitamines telles que la A, la D. Ces vitamines se trouvent dans les oeufs, le beurre, les légumes frais, les légumes verts, la viande de qualité. Manger sainement et équilibré vous donnera les nutri-éléments qui composent les briques de votre réponse immunitaire.
4- Stress : le stress est immunosuppresseur. Il est vital de se relaxer, de se détendre, de s'apaiser. Facile à dire ! Méditer, lire, contempler... diminue les pensées négatives et le stress qui en découle.
Le stress est une réponse à un stimulus. C'est une réaction adaptative. Pour diminuer le stress, il peut suffire de diminuer les stimuli anxiogènes des infos, des fausses nouvelles, des réseaux sociaux... L'ignorance est salutaire dans certaines circonstances. Vous n'avez pas besoin de savoir combien de gens sont morts aujourd'hui. Cela n'importait pas il y a un mois, alors que des milliers de gens mouraient tous les jours et que des milliers de gens continueront de mourir bien après la fin de la crise que nous traversons...
5- Faire de l'exercice. Le corps a besoin de bouger. Il est conçu pour ça. Il se développe et se régénère dans le mouvement. Confinement ne veut pas dire immobilisme. Faire une demi-heure de sport tous les jours permet de sécréter ce qu'il faut pour l'entretien des articulations, des muscles et des organes et donc d'être plus fort si Covid-19 devait frapper.

Voilà 5 pistes qui ne coûtent rien (...) et qui, améliorant votre santé permettront de sauver des vies, au sens littéral de ces termes. Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le au moins pour votre prochain !


jeudi 2 avril 2020

Libérer la bête !

Il y a quelque chose de magique, et ce n'est que la magie de l'évolution, à observer les choses se faire et se défaire en nous. Notre créativité par exemple. S'assoir devant la fenêtre. Ne rien faire. Sortir de l'action. Se placer dans un état de vigilance absente, de présence éthérée à soi-même et à son environnement. Laisser aller. Il ne faut pas beaucoup de temps pour que l'esprit, sa part cachée, l'inconscient, ne se mette en mouvement, comme libéré de la cage si limitée de la conscience... et le voilà qui propose, dispose, offre, des idées, des pistes, des possibles, des envies, des ouvertures... avant de retourner de là d'où il est venue.
Il y a en nous un océan de potentiel. Ouvrir la cage n'a jamais été aussi facile qu'en ces moments de confinement. Si nous ne sommes pas tous en Normandie ou en Bourgogne avec accès à des jardins ou des forêts (!), nous avons tous une fenêtre d'où regarder nos inconscients se libérer et commencer de créer les possibles de demain... 

mercredi 1 avril 2020

Les vrais leaders de ces jours derniers...

Pendant que nos dirigeants européens se perdent et nous donnent une belle leçon de non-leadership, il en est d'autres qui suscitent mon admiration dans des proportions que je n'aurais pas cru possible, ce sont tous les livreurs, ces caissier-e-s de supermarché et ceux qui continuent d'en remplir les étalages, les routiers, les filles et les gars du Zingam, en bas de chez moi. Ils sont là. Avec leurs masques de fortunes, cousus par un voisin, un client, un proche. Ils sont à poste. Ils ne défaillent pas. Ils se rassemblent et ils font face. Pour nous. Ils s'oublient un peu pour le bien du plus grand nombre. Pour que notre société continue de tourner, même au ralenti.
C'est cela le leadership. Faire face, montrer l'exemple, sentir le risque et agir tout de même.
Merci à vous tous de prendre ainsi soin de nous et d'une partie de notre avenir...