vendredi 15 février 2019

De la mode et du style...


La mode est une chose. La mode n'est pas uniquement de l'univers du vêtement. Le « management » par exemple est une mode. Une mode qui dure, mais une mode. 
Il est possible d’être à la mode, de suivre la mode. Suivre la mode, c’est faire le choix de s’engager dans une voie qui, inéluctablement sera suivie par le plus grand nombre.  À tort ou à raison. La mode du disco était dispensable d’un point de vue artistique et fort heureusement elle n'a pas duré plus longtemps que cela. L’impressionnisme beaucoup plus. Dire « Au final… » est une mode et ce n'est pas français.
La mode conduit inexorablement, au fur et à mesure de sa plus large acceptation, à ressembler à tout le monde. Être à la mode n'est pas très méritoire.
Avoir du style en revanche, et une fois encore cela ne réfère pas uniquement au monde du vêtement, c'est autre chose. Avoir du style, c'est savoir se pencher sur ce qui, en nous, peut faire une différence. Sur ce qu'il y a d'unique et de particulier en nous que nous puissions amplifier, magnifier pour obtenir un résultat qui sorte de l'ordinaire, qui soit différent de ce que tout le monde fait, produit ou désir.
Le style est personnel, mais il est remarqué de tous. Le style est un travail, une quête, une entreprise. 
Avoir du style rend unique, mais aussi universel. C'est trouver son point de résonnance entre soi et le reste du monde. Le travail d'une vie, sans doute... mais un travail auquel nous gagnons tous.

jeudi 14 février 2019

Des arômes indescriptibles...

Me voilà attablé avec un ami à commander un café. Pas seulement un café, de mon point de vue, Le meilleur café de Paris. Torréfié à la brûlerie de Belleville, il est ensuite préparé fort simplement par l'équipe du "Broken Biscuit" pour un résultat que je n'ai jusqu'à présent trouvé nulle part ailleurs.
Et nous sommes là, tous les deux, à tenter de dire ce qui fait la grandeur et la joie de ce goût. Qu'est-ce qui permet de définir, de qualifier, de décrire un bon café. Le meilleur café de Paris !
Eh bien ce n'est pas une chose simple. Trouver les mots, les adjectifs, les couleurs, les tonalités, les notes gustatives. Ajuster ces mots pour donner une réprésentation la plus juste possible d'un ressenti, d'une impression, d'un goût, d'un message cérébral qui nous dit : "Ça, c'est bon !".
Je pense que l'une des clés de l'intelligence, et une fois encore, il s'agit d'un savoir-faire, c'est de muscler ce vocabulaire de l'intangible et du ressenti. C'est savoir dire et décrire une impression, ce que nous fait un paysage, où nous emmènes un vers de poème, raconter le goût d'une boisson... C'est une force, car cela rapproche le monde de nous et nous le rend plus compréhensible, donc plus amical. 

mercredi 13 février 2019

Ce savoir-faire que maîtrisent parfaitement les leaders...

Les leaders ont l'air confiants, sûrs d'eux, droits dans leurs bottes.
Au fond d'eux-mêmes, ils sont humains, plein de doutes et d'incertitudes. Parce que la vie est faite de doutes et d'incertitudes.
Mais ils ont l'air de savoir. Ils nous montrent qu'ils savent alors qu'il n'en est rien.
Les bons leaders font semblants. Evidemment !
C'est la partie la plus difficile de leur job.
Ne rien montrer. Faire un choix et agir comme si c'était le bon. Alors que rien au monde ne le prouve.

mardi 12 février 2019

Travailler dur, il en restera toujours quelque chose

La qualité de votre travail ne se mesure pas en litre. En litre de transpiration, en quantité d'efforts, d'acharnement. Cela ne veut pas dire que le travail ne sert à rien, cela veut dire que le travail à lui tout seul ne représente qu'une donnée parmi tant d'autres pour parvenir à un objectif.
Remuer du papier toute la journée, aller de réunion en réunion, brasser de la parole comme on brasserait du vent, tout cela peut ressembler à du travail - il y a de la transpiration, de l'effort, de l'écoute - mais cela n'en est pas. Pour sûr, l'objectif est atteint et cela viendrait en caution d'un process coûteux et laborieux, mais pour finir productif. Il n'en est rien. Le succès, cela peut aussi être le minimum d'effort pour un maximum de retour. Le succès peut se révéler économe en ressources ou en implication, s'il existe une autre manière de faire.
Nous sommes programmés à croire que la quantité d'effort, d'engagement, de temps est une garanti de notre implication et sera perçu comme tel. Il me semble pourtant que ceux qui travaillent le moins, gagnent en efficacité et que d'une certaine manière l'évidence pour une vie meilleure me paraît tout de même être de travailler moins pour gagner plus. 

lundi 11 février 2019

Se débarrasser d'une source de culpabilité

Il est aisé de tomber sous le joug de la liste. Liste de choses à faire qui ne se tarit jamais, s'allonge plus vite que nous ne parvenons à l'étancher. S'en suit un air de culpabilité et un sentiment d'incapacité. La ToDo list ne marche pas. Pas vraiment.
Il reste que nous avons certaines priorités et que celles-ci ne sauraient être ignorées. Alors comment.
Je pense qu'il faut d'abord se concentrer sur l'important. Ce qui compte avant tout. Ce qui ne peut être mis de côté trop longtemps. Et comme le faisait remarquer Dwight D. Eisenhower : "Ce qui est important est rarement urgent et ce qui est urgent est rarement important."
Une fois trié notre ToDo List en ce sens, il est plus aisé de s'y retrouver et de donner une forme de priorité à ce qui importe pour nous et moins au reste !

vendredi 8 février 2019

Le vrai sujet sur lequel vous pencher pour plus d'efficacité !

Il n'en est qu'un seul : celui de votre digestion !
Cela paraît trivial, mais c'est pourtant vrai. Une grande part de votre énergie passe dans l'effort que doit fournir votre corps pour extraire les éléments de sa survie à partir des aliments que vous ingérez.
Plus ces éléments sont difficiles à obtenir, à trier, à assimiler et plus cette demande énergétique sera importante. Bien sûr, la quantité d'énergie disponible n'est pas infinie et toute l'énergie utilisée pour votre digestion se faire au dépend du reste de votre organisme, donc notamment de votre cerveau.
Ajoutez à cela le fait que le corps sait pertinemment où se situe son intérêt premier et qu'il considèrera toujours que se nourrir et donc digérer est plus important que penser ou réfléchir ou avoir de bonnes idées. On peut vivre sans bonnes idées, pas sans digestion !
S'alimenter de manière à pouvoir digérer aisément est la première manière de gagner en efficacité et en performance. 

jeudi 7 février 2019

Ce dont nous sommes la somme !

La façon dont nous avons de nous construire ne se fait qu'au fil des rencontres.
Nous devenons ainsi la somme des gens que nous rencontrons. Une rencontre peut tout changer, en bien, comme en mal. Une rencontre peut altérer le court d'une vie, la transcender ou l'annihiler.
Il importe de bien choisir ceux que nous rencontrons et ceux que nous laissons embarquer dans le court de nos existences. Ce choix est peut-être l'un des plus cruciale que nous ayons à faire pour nous et notre avenir !