jeudi 17 octobre 2019

Une occasion à ne pas remettre à plus tard !

Il est toujours possible de remettre à plus tard.
Remettre à plus tard raconte une histoire bien particulière. Quelque chose qui ne doit pas être fait aujourd'hui semble distant, moins imminent, moins dangereux...
Remettre à plus tard est une bonne façon de conserver le statu quo, de rester dans un entre-deux qui ressemble à de la stabilité, qui semble nous conserver ouvertes toutes les options possibles...
Bien sûr, remettre à plus tard n'est que rarement une solution et nous le ressentons bien lorsque cela se présente. Il y a un net avantage à se lancer, à agir dans l'instant, à aller de l'avant sans attendre, car attendre quoi ?
Remettre à plus tard est confortable et il est aisé d'en faire une habitude, de ne plus faire que cela : tout remettre jusqu'à ce qu'agir devienne inutile !
Aujourd'hui, je vous offre une opportunité d'agir, de faire ce que vous avez déjà peut-être remis à plus tard : vous former à l'art oratoire et à prendre en main votre capacité de conviction et d'influence.
J'ouvre deux sessions interentreprises de la formation "Captiver et Convaincre - partie 1 : présenter avec confiance".
Plus tard est enfin arrivé. Plus tard est maintenant !
Les dates de ces sessions sont fixées au 3 et 4 mars ainsi que les 2 et 3 juin 2020.
Elles auront lieu sur Paris et elles n'attendent que vous !

mercredi 16 octobre 2019

Ces bonnes vieilles formations...

Il y a les formations, celles qui évoquent une salle de classe.
Les stagiaires sont assis, écoutent, prennent des notes, enregistrent le savoir du formateur. Comprennent ce qu'il y a à comprendre.
Ce qui caractérise une formation, c'est ce lien particulier entre les stagiaires et le formateur : restez assis, soyez attentif à ce que je dis, car c'est là que se trouve toute la valeur. Vous aurez une bonne note.
Puis il y a les "trainings", les ateliers, les workshops...
Il ne s'agit plus seulement du savoir du formateur et de l'attention des stagiaires... Il s'agit bien plus des autres stagiaires, des liens qui se créent, des apprentissages qui se tissent...
Il s'agit en fait de vraiment travailler ! De vraiment mouiller la chemise, se lever, se donner, risquer...
Si vous voulez apprendre quelque chose d'utile, il est probable que vous ayez besoin d'un "training", d'un atelier, d'un workshop...

mardi 15 octobre 2019

Indépendant...

Il y a plus de dix ans cette année, j'ai quitté le salariat. J'ai délaissé la sécurité d'un salaire régulier et quasi certain pour l'incertitude et l'insécurité de la vie de freelancer. Indépendant.
Parce que je l'ai vécu, parce que je sais ce que cela représente, je suis toujours admiratif de ceux qui se lancent dans cette aventure, de ceux qui renoncent à ce que la société peut offrir de certain, de mesuré, de fiable pour autre chose, audacieux, incertain, complexe...
Il faut en être passé par là pour comprendre ce que cela représente, avec les cerveaux qui sont les nôtres, entièrement câblés sécurité et anticipation, comprendre que les indépendants de tous bords vont contre le câblage que la nature leur a donné au fil de milliers d'années d'évolution...
Je trouve que cette force et cette audace n'est pas assez récompensée et reconnue, dans quelque pays que ce soit où j'ai travaillé. La ténacité et l'opiniâtreté du "freelancer" ne sont que rarement reconnus pour ce qu'ils sont : le courage de s'exposer et de s'affirmer ans filet de sécurité, sans personne pour endosser la responsabilité du travail fourni.
Bien sûr, pour rien au monde je ne retournerai en arrière et la plupart des indépendants que je croise me tiennent le même discours. Il y a trop de joie à diriger son propre bateau, quelle qu'en soit la taille !
Je salue donc ici tous ceux qui ont fait ce choix ou qui s'apprêtent à le faire... Bonne indépendance !
Je vous souhaite de bons clients, de ceux qui vous rendent meilleurs... 

lundi 14 octobre 2019

Médiocre ou excellent ?

Pour la plupart de vos clients, de vos prospects, il est probable que produire une prestation qui soit dans la moyenne s'avère suffisant. Même si tout le monde se targue de chercher l'exceptionnel, la pression pour aller vers quelque chose de médiocre est souvent la plus forte, parce que le risque qu'il y a à se tourner vers quelque chose d'excellent et de remarquable est que cela pourrait très bien ne pas fonctionner, que cela n'a pas été testé auparavant par des centaines d'autres clients et que cela pourrait être reproché à un moment ou à un autre du processus...
L'exceptionnel, que vous soyez de ceux qui cherchent à l'acheter ou de ceux qui tentent de le produire est à la fois risqué et plus cher... Mais l'alternative revient à acheter ou produire quelque chose de médiocre. A vous de voir !

vendredi 11 octobre 2019

Nous et les autres animaux !

Il y a une différence fondamentale dans l'"éducation" que nous donnons à nos enfants et celle que la plupart des animaux donnent à leurs rejetons... et elle est liée à la sécurité et à l'obéissance.
Nous enseignons à nos enfants à rester en sécurité, quand leur âge même les appelle à l'imprudence : fais tes devoirs, attends que l'on vienne te chercher devant l'école, ne rentre pas seul, ne traverse pas sans l'assistance d'un adulte. Cette injonction de sécurité est là pour servir les adultes avant tout, pour leur tranquillité (compréhensible) et non pour la sécurité des enfants qui pourraient : rentrer seuls, ne pas faire leur devoir et expérimenter le monde, traverser seuls...
Cette valorisation de la sécurité nous poursuit ensuite toute notre vie : il importe d'avoir un diplôme, c'est plus sûr, quel que soit le prix de ce morceau de papier... il importe de servir une hiérarchie, de suivre le mouvement et d'agir en grande partie comme tout le monde.
La sécurité et l'obéissance nous privent de notre capacité à expérimenter, à prendre l'initiative, à prendre le risque de ne pas réussir...

jeudi 10 octobre 2019

Irremplaçable ?

Dans votre entreprise, comme dans la mienne ou dans n'importe quelle organisation, co-existe deux types d'individus : ceux qui exécutent et ceux qui prennent l'initiative et les responsabilités qui viennent avec.
Exécuter est nécessaire, pousser du papier, caler la logistique, mettre en place... il n'y a là rien de honteux, à l'évidence... mais dès l'instant où ce qui est à faire est connu, il est possible de mettre en place des process, et la personne en charge devient remplaçable par une autre qui pourra appliquer ces process avec plus d'efficacité ou de rapidité !
En revanche, prendre l'initiative est un savoir-faire qui ne peut se quantifier ou se processer ! C'est votre façon de faire, votre approche, votre vision des choses qui va se confronter à l'environnement de votre organisation. Prendre l'initiative est une bonne façon de vous rendre irremplaçable ! Autant qu'il est possible de l'être, puisque nul ne l'est vraiment !

mercredi 9 octobre 2019

Par manque d'ignorance...

Si comme l'expression anglaise le dit : "Ignorance is bliss", que je traduirais par : "L'ignorance est gage de bonheur", alors avec Internet, nous sommes dans de beaux draps.
Il est probable que notre société manque d'ignorance, qu'à force de tout savoir de nos politiques, de nos "ami-e-s", de nos artistes préférés, nous ne devenions moins heureux que nous ne pourrions l'être si nous ne savions rien de tout cela. Probable...